Documents: 21, affichés: 1 - 20

Utopia, armarium codicum bibliophilorum

Cette bibliothèque contient des manuscrits appartenant à différents collectionneurs privés, qui se déclarent prêts à mettre leurs trésors à la disposition du public sur e-codices. Les manuscrits peuvent être utilisés et cités comme tous les autres manuscrits (voir conditions d'utilisation), même si l'utilisateur n'en connaît pas le véritable lieu de dépôt. L'utilisation des facsimilés à des fins commerciales doit faire l’objet d’ une demande d’autorisation écrite adressée à e-codices.

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 1
Parchemin · 1 + 78 ff. · 17.7 x 13.5 cm · ca. 1500-1520
Johann von Indersdorf: Prières de l'Ebran-Gebetbuch

Une collection de prières, probablement copiée pour un patron laïc (vers 1500-1520). (pal)

En ligne depuis: 26.04.2007

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 2 (Codex Pandeli)
Papier · 240 pp. · 29 x 21 cm · Caire · 1723
Les quatres évangiles en langue arabe

Selon le colophon à la fin de l’évangile de Saint Jean, la copie a été achevée par Ibrāhīm ibn Būluṣ ibn Dāwūd al-Ḥalabī au Caire, écrite en écriture-nasḫī claire. Les illustrations proviennent de l’illustrateur et iconographe aleppin Ğirğis ibn Ḥanāniyā et représentent les quatre évangélistes Matthieu, Marc, Luc et Jean, ainsi que 43 scènes de la vie de Jésus. Le titre arabe est mentionné à la fin de l’évangile de Saint Jean, à savoir « Ce livre est l’évangile saint et pur et la lumière brillante et rayonnante ». Le codex a été déposé en prêt permanent à la Bibliothèque de l’abbaye de Saint-Gall par la famille Pandeli. (wid)

En ligne depuis: 03.11.2009

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 3
Parchemin · 321 ff. · 12.7 x 9 cm · Brnakot (Arménie) · 1662
Hymnaire arménien- Sharaknots

Manuscrit liturgique (Sharaknots ou Sharakan) contenant un recueil de plus de mille hymnes, répartis en huit groupes, en usage dans l’Eglise arménienne. Un grand nombre d’entre eux ont été composés par les plus importantes personnalités de cette Eglise, tandis que les autres sont des traductions anciennes des hymnes sacrés des premiers siècles du christianisme. Les textes sont accompagnés de la notation musicale arménienne de Khaz. Le codex a été écrit par le copiste Siméon en 1662, dans la ville de Brnakot, dans la province de Siounik, un important centre de production de manuscrits liturgiques dans le sud de l’Arménie. L’ornement du livre consiste en 8 tableaux décoratifs dans la marge supérieure, 120 initiales décorées et zoomorphes et de nombreuses initiales simples, peintes en rouge. Le codex conserve sa reliure originale en cuir brun avec des motifs à froid. (ber)

En ligne depuis: 04.07.2012

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 4
Papier · 416 ff. · 13.1 x 10 cm · Awendants, Khizan dans la province Van · 1647
Hymnaire arménien (Sharaknots)

Manuscrit liturgique (Sharaknots), copié par le scribe Awetis en 1647 (1096 d’après le calendrier arménien) à Awendants, Khizan dans la province Van. Il contient 11 grandes miniatures et 28 illustrations marginales, réalisées et signées par le peintre Yovanes Gharietsi, un des artistes les plus fascinants de l’école tardive de Vaspurakan. Le manuscrit fait partie d’une production particulière d’hymnaires, réalisés dans la région du lac de Van, pour des commanditaires privés et qui se caractérisent par l’éclat de leurs couleurs et les motifs décoratifs à entrelacs. Il présente la notation musicale arménienne de Khaz. Le texte contient une collection d’hymnes en usage dans l’Eglise arménienne, disposés dans le même ordre que dans le premier hymnaire imprimé, à Amsterdam, en 1664. Trois autres hymnaires de ce genre, fruit de la collaboration des deux mêmes artistes, sont connus : deux à Jérusalem et un à Erevan. Deux feuillets de parchemin, qui contiennent une partie d’un Proprium de Sanctis tiré d’un bréviaire latin du XIII/XIVe s., sont reliées respectivement au début et à la fin. (ber)

En ligne depuis: 23.04.2013

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 5
Parchemin · 126 ff. · 30 x 22.4 cm · deuxième quart du XIVe siècle.
Liber bonorum et iurium Castropolae

Il s’agit d’un recueil de 213 actes datant de 1324 à 1327, transcrits par neuf notaires qui utilisent une minuscule cursive très soignée. Ce volume rassemble les documents concernant les droits détenus par les Castropola de Sergi, seigneurs de Pula (Croatie), sur des possessions situées dans le territoire de Pula, en Istrie et à Venise. La transcription des actes est organisée en sections selon la ville ou la localité dans laquelle les biens étaient situés ; le nom du lieu est marqué dans la marge supérieure du feuillet initial de la section ; chaque section contient la liste détaillée des propriétés foncières et de leurs dépendances, avec leur localisation précise. (tog)

En ligne depuis: 20.12.2016

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, cod. 6 (JUD040)
Parchemin · IV + 476 + IV ff. · 23.7 x 19 cm · Espagne (Castille ?) · 1e moitié du XIVe siècle
Bible avec Masorah Magna et Masorah Parva

Bible séfarade en hébreu, réalisée au cours de la première moitié du XIVe siècle, en Espagne, vraisemblablement en Castille. Le manuscrit s’ouvre et s’achève par des listes massorétiques (ff. IIr-IXv et 463v à 466v), encadrées de bordures enluminées, constituant des « pages tapis ». Le texte biblique, copié sur une ou sur deux colonnes, est accompagné de la grande et de la petite Massores (règles de la tradition rabbinique concernant la lecture et l’accentuation des textes sacrés), inscrites en lettres minuscules dans les marges et dans l’entrecolonne du texte. Ces éléments micrographiques s’animent parfois dans les marges inférieures des feuillets (environ 70 occurrences), ou sur les quatre côtés des feuillets (par ex. ff. 42r-43r, 461v-463r), où ils forment de magnifiques figures géométriques et des entrelacs. Les premiers livres bibliques sont introduits par des titres réalisés en or bruni et inscrits sur des fonds champies, rose et bleu, parcourus de rinceaux blancs (f. 1v/Gn, 33v/Ex, 59v/Nb, 77v/Dt, 102v/Js, 125v/Jg). D’après une note de possession (f. 467v), datée de 1367 (?), cette Bible hébraïque a probablement appartenu à David ha-Cohen Coutinho – membre d’une famille de marranos portugais. Au XVe siècle, elle appartient à Moses Abulafia avant d’être vendue par sa veuve comme le montre le contrat de vente daté et signé en 1526 à Salonique, qui est placé au début du livre (f. Ir). La Bible se retrouve au XVIe siècle dans les mains du talmudiste et rabbin de Salonique, Abraham di Boton (f. 467v). Puis sa présence est attestée au XIXe siècle à Alexandrie, dans la synagogue Zaradel (R. Gottheil, « Some Hebrew Manuscripts in Cairo », Jewish Quarterly Review 17, 1905, p. 648). Passée sur le marché de l’art, la Bible appartient depuis 1996 à une collection privée. (rou)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 7
Papier · 476 pp. · 20 x 29 cm · 1562-1669
Cudesch da Estems (Registre des estimations cadastrales et fiscales) 1562-1669

Liste du patrimoine des habitants des communes de Bergün, Filisur, Latsch et Stuls, inventorié par le notaire public, chancelier, puis plus tard « landamman » et ensuite curé, Tumesch Zeuth; renouvelée environ chaque 10 ans, d’abord en allemand, puis vers la fin en romanche. Sa signification n’est pas claire : elle servait peut-être à l’origine comme base pour le financement du rachat à l’évêque de Coire en 1537, plus tard comme moyen de répartition des entrées des communes, entre autres des magistrats de la Valteline, des pensions, des taxes douanières sur les biens et les routes, etc. Le plus ancien manuscrit connu de Bergün. Appartient à Werner Dübendorfer de Eglisau. Le volume avec la continuation, qui allait probablement jusqu'en 1799, a disparu. (fal)

En ligne depuis: 14.12.2017

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 8
Parchemin · 4 ff. · 32 x 24 cm · après 1442 - fin XVe siècle
Martin le Franc, Le Champion des Dames

Le fragment en parchemin du Champion des Dames de Martin le Franc (Livre I, v. 3901-v. 4062 + Livre II, v. 4313 – v. 4470) remonte au XVe siècle. Le texte correspond à celui de l’édition Deschaux (1999). Copié soigneusement sur deux colonnes, les différentes strophes du poème sont introduites par des initiales de couleur, alternativement rouge et bleu, et des lettres champies. Le livre II débute par une initiale ornée sur fond or, très abîmée par l’usage de ce fragment au cours du XVIIe comme reliure d’un registre foncier ayant appartenu à Jacques Etienne Clavel, co-seigneur de Marsens, Ropraz et Brenles (fol. 2r). (rou)

En ligne depuis: 14.12.2018

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 9
Parchemin et papier · 132 ff. · 9.5 x 7 cm · Italie · XIVe siècle
Recueil de lois sur l’abattage rituel et les nourritures interdites (Hilkhot Shekhitah et Treifah)

Manuel d’abattage rituel de provenance italienne du XIVe siècle de très petit format, comportant les lois de shekhitah (abattage rituel) et de treifot (défauts possibles des animaux cachers) par Judah ben Benjamin ha-Rofe Anaw de Rome (XIIIe s.). Suivent des extraits de lois sur la shekhitah, tirés du Torat ha-Bayit ha-Arokh, une œuvre juridique portant sur les lois du foyer juif par Salomon ben Abraham ben Adret de Barcelone (1235-1310). (iss)

En ligne depuis: 10.10.2019

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 100
Parchemin · 201 ff. · 18 x 13.3 cm · Paris · vers 1408/10
Livres d’heures de Paris

Livre d’heures d’après l’usage liturgique romain, en latin, avec un calendrier en français et un choix de saints vénérés à Paris. Il contient 17 miniatures réalisées à Paris en 1408/10 dans l’entourage artistique du Maître de Boucicaut, un des plus influents enlumineurs du début du XVe s. Le Maître de la Mazarine et le Pseudo-Jaquemart qui appartient à la génération précédente d’artistes et dont la collaboration au très célèbre Livre d’Heures du Duc de Berry est reconnaissable, ont également collaboré à la décoration de ce livre. La représentation du roi David sur un double feuillet ajouté peut être attribuée à un successeur du peintre qui a illustré le bréviaire de Jean sans Peur (Jean Ier de Bourgogne). (ber)

En ligne depuis: 20.12.2012

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 101
Parchemin · 210 ff. · 16.9 x 12.8 cm · Paris / Tours · deuxième quart du XVe siècle / vers 1490
Livre d'heures de Paris

Livre d'heures en latin et en français, écrit à Paris dans le deuxième quart du XVe s., mais enluminé seulement vers 1490 à Paris ou peut-être à Tours par différents artistes qui se sont réparti le travail. Deux miniatures, le décor du calendrier et de l'Office des défunts sont l'œuvre d'un artiste de l'entourage de Maître François, un étroit collaborateur du Maître Jacques de Besançon qui témoigne de sa vénération pour Notre-Dame de Paris à travers une vue de la cité (f. 93r). Les couleurs lumineuses et les formes monumentales des autres miniatures témoignent de l'influence de Jean Bourdichon de Tours. Ce dernier peut probablement être considéré comme le superviseur du Maître de la Chronique scandaleuse, qui travaillait encore sous sa direction lors de la réalisation de ce manuscrit. (ber)

En ligne depuis: 20.12.2012

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 102
Parchemin · 248 ff. · 18 x 11.5 cm · Bourges · vers 1500-1510
Livre d’heures d’Agnès le Dieu

Livre d’heures d’après l’usage liturgique romain avec un calendrier en français. Les miniatures sont entourées de bordures composées de plantes, représentées avec une grande précision botanique. Il s’agit d’un exemple entièrement conservé de la dernière période des Livres d’heures français, qui fut enluminé par un important maître de cette phase finale de l’enluminure française, lequel subit l’influence de Claude de France et est connu depuis peu comme le Maître de Boèce Lallemant. Dans les petites images des bordures, il tente de se mesurer à Jean Bourdichon qui, dans les Grandes Heures d’Anne de Bretagne et dans d’autres chefs d’œuvres, a introduit l’ornementation végétale réaliste dans le décor des bordures, bien qu’il s’inspire aussi de l’enluminure flamande de son temps. Sur le f. 1r apparaît le nom d’Agnès le Dieu, la propriétaire du codex en 1605. (ber)

En ligne depuis: 20.12.2012

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 103
Parchemin · 179 ff. · 14.5 x 8.5 cm · Dijon · 1524
Livre d’heures de Bénigne Serre

Livre d’heures d’après l’usage liturgique romain, contenant un calendrier et un choix de saints pour Langres. Le manuscrit est daté de 1524 et enluminé par un Maître de Bénigne Serre. Il est connu sous le nom de son commanditaire, un haut fonctionnaire du roi de Bourgogne. Il s’agit d’un peintre jusqu’ici inconnu de l’entourage du groupe de « 1520 Hours Workshop », qui encadrait les miniatures avec des éléments architecturaux de la Renaissance ou peuplait les bordures de fleurs et d’animaux, représentés de façon naturaliste. Le manuscrit contient plusieurs représentations inhabituelles, par exemple pour les laudes de l’Office de Marie, où la rencontre d’Anne et Joachim devant les portes de Jérusalem remplace la scène habituelle de la Visitation. Au XVIIIe s. le manuscrit appartenait à la famille Bretagne de Dijon, dont les membres ont écrit, sur quelques feuillets de papier ajoutés, un « Livre de raison ». (ber)

En ligne depuis: 20.12.2012

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 104
Parchemin · 181 ff. · 19.2 x 13.3 cm · entre Tournai et La Haye · vers 1440/50
Livre d’heures des Dames de Audenarde

Deux artistes, actifs vers 1440/50, ont collaboré au décor de ce livre d’heures : le plus ancien, qui a seulement réalisé les trois miniatures des f. 13v, 105v et 140v, appartient au « Goldrankenstil » (style des rinceaux dorés), tandis que le plus jeune se caractérise par une plus grande corporalité et des coloris plus marqués, sans doute influencé par les innovations de la peinture contemporaine des frères van Eyck. Ce deuxième artiste est responsable des finitions du Livre d’heures milanais de Turin en 1440 et a également travaillé au Livre d’heures de Llangattock. En 1813 ce manuscrit fut offert par le prince de Broglie à la prieure du couvent des Bernardines de Audenarde. (ber)

En ligne depuis: 20.12.2012

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 105
Parchemin · 172 ff. · 13.2 x 8.8 cm · Poitiers · 1450-60
Livre d’heures à l’usage de Rome

Livre d’heures à l’usage de Rome avec un calendrier à l’usage de Poitiers. Toutes les miniatures principales sont l’œuvre du Maître de Poitiers 30, dont le nom dérive de deux miniatures qu’il a réalisées dans un missel à l’usage de Poitiers, conservé à la Bibliothèque locale. Il était jusque là connu sous le nom du Maître d’Adélaïde de Savoie, pour laquelle il avait enluminé le livre d’heures Ms. 76 du Musée Condé de Chantilly. Il appartenait à l’entourage du Maître de Jouvenel des Ursins et fut actif principalement à Poitiers, où il influença l’enluminure locale tardive. (ber)

En ligne depuis: 20.12.2012

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 106
Parchemin · 307 ff. · 18.7 x 12.8 cm · Paris · 1458-60
Livre d’heures de Paris

Livre d’heures en latin avec un calendrier qui contient un choix de saints pour Paris et quelques prières en français. Les tableaux sur les jours de fêtes mobiles à la fin du livre commencent par l’année 1460, ce qui laisse supposer que le manuscrit était terminé à cette date. La plus grande partie des miniatures sont l’œuvre du Maître de Coëtivy, qui a probablement aussi réalisé toutes les compositions ainsi que les dessins préparatoires. La main d’un second artiste, que l’on peut identifier comme le Maître de Dreux Budé, se rencontre dans les visages de Marie, dans la représentation de la naissance de Jésus (f. 83v), de l’Adoration des Mages (f. 92v) et du Couronnement de Marie (f. 107r). (ber)

En ligne depuis: 20.12.2012

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 107
Parchemin · 152 ff. · 20 x 14.3 cm · Paris · vers 1390/1405
Psautier avec calendrier, litanies et Office des défunts

Le manuscrit contient un psautier en usage à Evreux, ville épiscopale et résidence préférée des rois de Navarre. Il s’agit d’un livre liturgique qui contient un calendrier, des litanies et un office des défunts, ainsi que les plus importants textes d’un livre d’heures. L’enluminure est l’œuvre d’un artiste actif à Paris vers 1400 et qui représente encore sur fond d’or d’élégantes figures, dans un paysage pittoresque. Sa palette de couleurs est déjà pleinement celle du XVe s. Cette main devrait être attribuée à l’atelier parisien du Maître du Josèphe. Au moins deux miniatures – celle du fou (f. 44r) et celle de l’office des défunts (f. 131r) – sont attribuées au Pseudo-Jaquemart. (ber)

En ligne depuis: 20.12.2012

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 108
Parchemin · 192 ff. · 20.7 x 14 cm · Paris · vers 1410
Livre d’heures de Paris

Ce livre d’heures, qui est adressé à une femme, contient une inscription, lisible seulement aux rayons ultra-violets (f. 27v), qui mentionne une Jaquette de la Barre ; celle-ci appartenait probablement à la famille parisienne de fabricants d’orgues, qui réalisa entre 1401 et 1404 les orgues de Notre-Dame. Les miniatures furent réalisées vers 1410 par un éminent maître parisien qui peut être identifié au Maître de la Mazarine, tandis que les bordures du manuscrit furent ajoutées dans un deuxième temps, probablement par une main provençale. Quelques scènes se détachent du programme iconographique habituel: au lieu de la Pénitence de David est représentée la Gloire du Christ au dernier jour (f. 101r), au lieu de la messe des défunts dans l’Eglise se rencontre la Résurrection de Lazare (f. 141r) et la représentation de la prière de Jérôme en habit de cardinal (f. 139v) sort de l’ordinaire. (ber)

En ligne depuis: 20.12.2012

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 109
Parchemin · 186 ff. · 18.1 x 13.5 cm · Angers · vers 1429/30
Livre d’heures pour l’usage d’Angers

Plusieurs artistes ont collaboré à l’enluminure de ce livre d’heures. Les miniatures simples sont l’œuvre d’un artiste qui a étudié dans l’entourage du Maître de Jean sans Peur. Beaucoup de visages de Marie sont exécutés par le Maître de Marguerite d’Orléans, un important enlumineur vers 1430. Le manuscrit appartenait au XVe s. à Guillaume Prevost, comme l’attestent les inscriptions relatives à des baptêmes dans le « Livre de raison » (f. 186v). (ber)

En ligne depuis: 20.12.2012

Preview Page
Utopia, armarium codicum bibliophilorum, Cod. 110
Parchemin · 149 ff. · 18 x 12.5 cm · Paris · vers 1495-98
Livre d’heures du maître de Charles VIII. – év. supplément au ms. Utopia Cod. 111

En plus de l’inhabituel codex pour le roi Charles VIII, décrit sous la cote Utopia Cod. 111, il existe un second livre d’heures, peint par le même artiste. Le décor des marges est demeuré incomplet, tandis que toutes les grandes images ne suivent pas le canon habituel pour les livres d’heures, mais présentent des motifs non conventionnels. Le motif de l’arbre d’Adam, qui crée un lien visuel entre les volumes, saute aux yeux dans les deux manuscrits et ne se retrouve pas dans les autres manuscrits réalisés par l’enlumineur. De même, les dimensions quasi identiques des feuilles suggèrent qu’il pourrait s’agir de deux volumes reliés entre eux, réalisés pour le roi à un certain intervalle de temps. La mort prématurée et inattendue de Charles VIII, après un accident dans le château d’Amboise, pourrait contribuer à expliquer pour quelle raison ce second manuscrit n’a pas été achevé. (net)

En ligne depuis: 13.10.2016

Documents: 21, affichés: 1 - 20