Documents: 80, affichés: 41 - 60

Sous-projet: La collection Braginsky sur e-codices

Début : Décembre 2014

statut: en cours

financé par: Fondation René et Susanne Braginsky

Description du projet: La collection de manuscrits hébraïques du collectionneur zürichois René Braginsky est généralement considérée comme l’une des plus grandes collections privées de manuscrits hébraïques au monde. Elle contient également bon nombre d’imprimés de qualité datant des premiers siècles de l’imprimerie. La collection ne comprend pas seulement des manuscrits, qui ont été écrits avant et après l’invention de l’imprimerie, mais aussi une centaine de contrats de mariage enluminés et des rouleaux du livre d’Esther. En 2009, une centaine parmi les plus belles pièces de la collection ont été choisies pour une exposition itinérante, présentée à Amsterdam, New York, Jérusalem, Zürich et Berlin. Depuis 2014, des documents de cette collection sont mis à disposition en ligne sur le site e-codices. Le projet sera réalisé grâce au généreux soutien de la Fondation René et Susanne Braginsky.

Toutes les bibliothèque et les collections

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B314
Parchemin · 100 pp. · 20.8 x 19 cm · [Francfort-sur-le-Main?], copiée par Elieser Sussman Meseritsh, illustré par Charlotte Rothschild · 1842
Haggada, avec traduction allemande (Haggada Charlotte Rothschild)

Le codex fut copié par Elieser Sussman Meseritsch et illustré par Charlotte Rothschild (1807-1859). Il contient, à côté du texte hébreu, une traduction allemande. La Haggada fut réalisée par l’artiste pour le septantième anniversaire de son oncle Amschel Mayer Rothschild. Il s’agit du seul manuscrit hébreu connu, enluminé par une femme. Charlotte Rothschild s’inspirait de diverses œuvres chrétiennes et juives, par exemple de manuscrits médiévaux, du cycle biblique peint par Raphaël dans les Loges du Vatican et de gravures sur cuivre de la Haggada imprimée à Amsterdam en 1695. Sur une seule des illustrations, la scène du Seder, Charlotte Rothschild a laissé ses initiales, en arrière-plan, sur le dossier d’une chaise (p. 42). Ce manuscrit a probablement servi de modèle au célèbre peintre Moritz Daniel Oppenheim (1800-1882). Dans ses mémoires, il se souvient avoir réalisé, en tant qu’élève, des esquisses pour Charlotte Rothschild. (red)

En ligne depuis: 19.03.2015

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B315
Parchemin · 33 ff. · 33.5 x 23.5 cm · [France, copié et illustré par Victor Bouton] · [deuxième moitié du XIXe (vers 1870?)]
Haggada avec instructions rituelles en français (Bouton Haggada)

Splendide manuscrit avec le texte de la Haggada, dans lequel chaque page est décorée avec de riches bordures composées d’éléments floraux et de décorations à la plume qui délimitent l’espace voué à l’écriture, réalisées principalement avec de l’or et du bleu de lapis-lazuli. Du point du vue stylistique, le décor est fortement inspiré de la miniature perse, surtout des œuvres de l’école de Shiraz entre 1560 et 1580. La réalisation de cette œuvre est attribuée à Victor Bouton, né en 1819 en Lotharingie et actif comme dessinateur, peintre héraldiste et graveur à Paris. L’attribution se fonde sur un manuscrit de luxe analogue signé par cet artiste qu’Edmund James de Rothschild lui avait commandé comme cadeau pour sa mère et à propos duquel une note biographique affirme que cet artiste avait reçu d’un riche juif la somme énorme de 32'000 francs d’or pour une Haggada. La seule représentation figurée (f. 1v) illustre la cérémonie du premier soir de la fête de Pessah, où un groupe de cinq hommes et deux femmes, tous vêtus à l’orientale, sont assis autour de la table de Seder, tandis que le maître de maison prononce la bénédiction du vin. (red)

En ligne depuis: 19.03.2015

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B316
Parchemin · 1 f. · 18.5 x 12.1 cm · Vienne, copié par Aaron Wolf Herlingen · 1751
Septem Psalmi Poenitentiales et Ps. 138

Ce calligramme représentant le roi David en train de jouer de la harpe se compose du texte latin des sept psaumes pénitentiels (6, 31, 37, 50, 101, 129 et 142) et du psaume 138. Le calligramme est signé par le célèbre artiste calligraphe juif Aaron Wolf Herlingen, créateur de la Haggadah de 1725 (B284) dans la collection Braginsky. L’artiste a utilisé une technique dans laquelle le texte est écrit en lettres minuscules, aussi connue sous le nom de micrographie. Herlingen a écrit ce calligramme pour le prince Joseph II (1741-1790), fils de l’impératrice Marie Thérèse et de l’empereur François Ier. (red)

En ligne depuis: 20.12.2016

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B317
Parchemin · 44 ff. · 28.5 x 20 cm · Altona, copié et illustré par Joseph ben David de Leipnik · 1739
Haggada avec commentaires (Haggada Braginsky Leipnik)

Avant qu’elle ne rejoigne la collection Braginsky en 2007, la recherche n’avait aucune connaissance de la Braginsky Leipnik Haggada, illustrée en 1739 par Joseph ben David de Leipnik. Comme la plupart des haggadot de cette époque, cet exemplaire s’inspire fortement du modèle des gravures des haggadot imprimées d’Amsterdam de 1695 et 1712. Les caractéristiques des illustrations de Joseph ben David, dont les œuvres sont bien connues, sont rendues de façon exemplaire dans ce manuscrit. Les teintes pastel et les dégradés dominent sa palette de couleurs. Les représentations basées sur des modèles plus anciens de l’agneau pascal, du pain azyme et des herbes amères sont des motifs récurrents dans ses haggadot. Leur consommation fait partie intégrante de la fête de Pessah, durant laquelle se lit traditionnellement le récit de la Sortie d'Egypte. (red)

En ligne depuis: 19.03.2015

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B318
Parchemin · 18 ff. · 15.5 x 10.2 cm · copié et décoré par Nathan ben Simson de Meseritsch · 1728
Tikkun be-erew rosch chodesch (Prières pour le soir précédent la fête de la nouvelle lune)

Ce mince petit livre, orné d’une reliure avec impression en or, contient des prières pour la fête de la veillée qui précède la nouvelle lune et a été commandité par Elieser (Lazarus) von Geldern à Vienne. La page de titre présente, selon les conventions, Moïse et Aaron. Le copiste et artiste Nathan ben Simson de Meseritsch (Velké Meziříčí) en Moravie faisait partie, durant la première moitié du XIXème siècle, des plus remarquables illustrateurs de manuscrits hébraïques. Entre 1723 et 1739, il créa au moins 23 oeuvres de ce genre. (red)

En ligne depuis: 20.12.2016

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B327
Papier · 52 ff. · 8.2 x 5.8 cm · [Italie] · [vers 1800]
Sefirat ha-Omer (« Compte de l’Omer »)

Le « Compte de l’Omer » est une bénédiction, qui accompagne les 49 jours depuis le deuxième jour de la fête de Pessah jusqu’au début du Chavouot. Omer désigne la première gerbe de la moisson, qui était déposée en offrande dans le Temple de Jérusalem le deuxième jour de Pessah. Les calendriers de l’Omer étaient appréciés surtout au XVIIIème siècle et sous différentes formes. Cet exemplaire fait partie d’un groupe de six livres semblables, réalisés dans un format réduit, qui peuvent être datés de la fin du XVIIIème et du début du XIXème siècles. La reliure est en argent : sur la partie antérieure est gravé un monogramme et sur la partie postérieure un oiseau semblable à une cigogne tenant dans son bec un épi de blé. Cinquante illustrations accompagnent presque chaque jour du calendrier. (red)

En ligne depuis: 19.03.2015

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B328
Parchemin · 1 + 20 ff. · 9.2 x 6 cm · Nikolsburg [copié et illustré par Samuel ben Zevi Hirsch Dresnitz] · 1725
Seder Birkat ha-mazon (Bénédictions pour les aliments et d’autres prières et bénédictions)

Ce livre miniature contient les bénédictions pour les aliments, avec les habituelles additions pour les fêtes de Chanukkah et de Purim ainsi que d’autres prières, par exemple la prière du shema à réciter avant de se coucher ou avant de goûter certaines choses déterminées. Il présente une page de titre illustrée, 19 illustrations, cinq cadres ornés contenant chacun une des lettres ou initiales d’un passage du texte décoré. Dans la page de titre, l’artiste n’a pas inséré son nom, mais a cependant noté que le présent manuscrit a été terminé en 1725, sous le règne de l’empereur Charles VI à Nikolsburg (Tchéquie). Comme les autres Birkat ha-mason, celle-ci fut rédigée pour une femme. Une dédicace à Fradche, épouse de Mosé Gundersheim, a été insérée, dans un second temps, sur la page de garde initiale. Grâce à la comparaison des écritures et des illustrations avec une oeuvre semblable de 1728 conservée dans la Kongelige Bibliotek de Copenhague (Cod. Hebr. XXXII), l’on peut affirmer que les deux Birkat ha-mason ont été réalisées par le même artiste, Samuel ben Zewi Hirsch Drenitz, actif à Nikolsburg. (red)

En ligne depuis: 20.12.2016

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B331
Parchemin · 83 ff. · 8.5 x 7.3 cm · Italie [Ancone ou Pesaro?], [écrit par Joseph ben Nissim Fermi?] · XVIIème siècle
Livre de la circoncision

Ce manuscrit de petit format, datant du XVIIème siècle, contient des prières hymniques, des récits et des bénédictions pour la cérémonie de la circoncision. Les deux sections du livre renferment des pages illustrées. Outre la page de titre, décorée avec un portail de type renaissance, il y a onze illustrations sur des thèmes bibliques et quatre scènes contemporaines en rapport avec la naissance et la circoncision. Quelques-unes de ces illustrations sont influencées par le style de Federico Zuccaro (vers 1540-1609) et de Raphaël. (red)

En ligne depuis: 20.12.2016

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B332
Parchemin · 4 ff. · 23.5 x 16.8 cm · Padoue · 1755
Diplôme de doctorat de l’Université de Padoue d’Israel Baruch Olmo

L'Université de Padoue fut en 1880 le plus important centre pour les étudiants juifs, tandis que celle de Bologne ne faisait pas figurer les Juifs dans ses matricules. Le diplôme de doctorat constituait le « billet d’entrée » pour les médecins juifs dans la bonne société des nobles et des bourgeois. L’Université de Padoue donnait à ses diplômés un document en latin rédigé à la main et décoré. Sur la première page du diplôme d’Israel Baruch Olmo figurent les armoiries de la famille des Olmo : un orme, flanqué d’une fontaine jaillissante et de la tige d’une céréale. (red)

En ligne depuis: 20.12.2016

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B344
Parchemin · 39 ff. · 7.7 x 5.3 cm · Vienne, copié et décoré par Aaron Wolf Herlingen [et Meschullam Simmel de Polná] · 1725
Seder Birkat ha-mazon (Prières après les repas et autres prières et bénédictions)

Ce livre de prières miniature est le fruit de la collaboration de deux des plus importants représentants viennois de l’art hébraïque du XVIIIème siècle. Aaron Wolf Herlingen a écrit et illustré la page de titre, Meschullam Simmel ben Moses de Polná a réalisé les autres dessins et très probablement copié les textes des prières. Le petit livre constituait évidemment un cadeau de noces. Il contient au total neuf illustrations du texte et quatre mots initaux richement décorés. Le livre de prières appartenait à la « respectable et sage jeune fille Hindl ». Dans le manuscrit, figurent aussi des annotations concernant la naissance de ses enfants entre 1719 et 1741. (red)

En ligne depuis: 20.12.2016

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B345
Parchemin · 1085 pp. · 49.5 x 36 cm · [Allemagne] · 1355
Mishneh Torah

Au cours des plus de 650 ans qui se sont écoulés depuis sa réalisation, ce manuscrit de la Mishneh Torah, un recueil de lois juives de Moses Maïmonides, a passé entre plusieurs mains. Plusieurs remarques et citations indiquent que plusieurs importants rabbins askhénazes ont pu l’utiliser, tels que Jakob Weil, un érudit et rabbin du XVème siècle, actif à Nuremberg, Augsbourg, Bamberg et Erfurt. Comme l’on peut le déduire de notes de possession plus tardives, le manuscrit parvint dans des régions lointaines, comme l’empire ottoman, le Kurdistan, l’Angleterre ou Jérusalem. La page 1021 présente une illustration en pleine page avec un portail architectural décoré en style gothique. Deux fines colonnes, allongées d’une façon maniériste, supportent un tympan décoré d’entrelacs floraux sur un fond bleu, dans lequel figure le nom du chapitre Sefer schoftim (« livre des Juges »). Il y a aussi cinq médaillons, dont deux contiennent la silhouette d’un rapace en position d’attaque. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B350
Parchemin · 25 ff. · 35.7 x 26.8 cm · Hambourg, écrit par Elieser Sussman Meseritsch · 1829
Haggadah, avec traduction allemande de Wolf Heidenheim

Le copiste de cette Haggadah n’est nul autre qu’Elieser Sussman Meseritsch, qui devait son nom à son lieu d’origine en Moravie et qui, plus tard, rédigea aussi le texte de la Haggadah de Charlotte Rothschild. Par l’usage de différents types d’écriture, il subdivise clairement le texte hébraïque de la Haggadah, le commentaire classique en hébreu de Simeon ben Zemach Duran (1361-1444) et une traduction allemande en caractères hébraïques de Wolf Heidenheim (1757-1832). Le programme iconographique de la Haggadah d’Elieser Sussman est très inhabituel. Dans la page de titre, divers motifs ornementaux de style classique sont insérés d’une façon créative dans l’architecture d’un arc de triomphe. Les quatre premières des sept illustrations (5v-7r) représentent les quatre fils mentionnés dans la Haggadah ; une illustration est dédiée à chacun d’eux. Celle du fils qui ne sait pas demander se distingue par son originalité. Les deux illustrations suivantes de la traversée de la Mer Rouge (12r) et du roi David avec sa harpe (15v) sont plutôt traditionnelles. La dernière scène avec la reconstruction du temple de Jérusalem est accompagnée du texte habituel de l’Adir hu (« Ô Dieu tout-puissant, reconstruis en hâte ton Temple »). (red)

En ligne depuis: 20.12.2016

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, B351
Parchemin · 26 ff. · 10.5 x 7.2 cm · Hambourg et Altona, écrit et décoré par Jakob ben Juda Leib Schammasch · 1741
Seder Birkat ha-mazon (Prières après les repas et autres prières et bénédictions)

Jusqu’au moment de son acquisition par la collection Braginsky, ce petit livre contenant la birkat ha-mason de 1741 était inconnu au monde de la recherche. Il s’agit vraisemblablement d’un cadeau de noces dédié à une femme. En plus de la page de titre, avec une corniche architectonique et les figures de Moïse et d’Aaron, il y a six autres illustrations, dans le texte, parmi lesquelles une représentation rare d’une femme partiellement immergée dans un bain rituel (12v), ainsi qu’une représentation plus conventionnelle d’une femme en train de lire la Shemà avant de se coucher (17r). Ce petit livre a été copié et illustré par Jakob ben Juda Leib Schammasch de Berlin. Il s’agit d’un des artistes hébraïques les plus productifs de l’Allemagne du Nord. (red)

En ligne depuis: 20.12.2016

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K21
Parchemin · 1 f. · 66.6 x 56.7 cm · Gibraltar · 1822
Ketubah (כתובה), Gibraltar, 4 Tevet 5583 (18 décembre 1822)

Au moment où cette ketubah a été réalisée, la plus grande partie du commerce de détail de Gibraltar était aux mains de la communauté sépharade ; beaucoup de ses membres provenaient des régions voisines d’Afrique du Nord. Ce contrat de Gibraltar appartient à la première période de décoration locale des ketubah, bien que quelques éléments laissent déjà présager les développements plus tardifs. Dans la partie supérieure, sont représentés deux lions, accroupis dos à dos, soutenant sur leurs épaules les tables avec les dix commandements abrégés. Cette composition rappelle la partie supérieure d'une arche sainte et, de fait, elle est surmontée d’une couronne, c’est-à-dire celle de la Torah. Les lions accroupis sont entourés de vases de fleurs. Dans les bordures, en dessous d’une draperie théâtrale et de trompettes suspendues par des rubans, sont représentées des urnes placées sur des bases de colonnes fantaisistes. Plusieurs éléments dans ce contrat de mariage sont caractéristiques des ketubot de Gibraltar. Le mot initial, mercredi jour du mariage, est comme d'habitude agrandi et décoré. Le monogramme en lettres latines, en bas au centre, est également typique. Les initiales SJB se réfèrent aux prénoms (Salomon, Judith) et au nom de famille (Benoleil) des deux époux. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K26
Parchemin · 1 f. · 69.3 cm x 59.2 cm · [Gibraltar] · [ca. 1830-50]
Ketubah (כתובה), Gibraltar, ca. 1830-50

Le concept d’un document écrit pour le mariage, connu comme la ketubah (pl. ketubot), remonte à des usages hébraïques très populaires, qui comprennent la création de contrats de mariage allégoriques pour Shavuot. Etant donné que cette fête commémore le don des dix commandements, des traditions mystiques affirment que ce jour-là, Moïse, endossant le rôle de l’entremetteur, amena le peuple hébreux (l’époux) sur le mont Sinaï (lieu du mariage) pour épouser Dieu ou la Torah (l’épouse). Alors que de nombreuses versions des ketubot pour Shavuot sont connues, dans la communauté sépharade, les textes poétiques composés par le fameux mystique de Safed, Rabbi Israel Najara (1552?-1625?), étaient plus répandus. Divisé en trois sections, le texte particulier contenu dans la ketubah de la collection Braginsky est inséré dans une importante structure architecturale en bois, comprenant trois arcs et un fronton brisé, dans lequel prennent place, sous une couronne, les tables du décalogue. L’architecture en bois est surmontée d’éléments décoratifs ordonnés d’une façon dynamique. L’ensemble de la structure rappelle l’arc sépharade de la Torah (ehal) typique des synagogues de Gibraltar. De fait, en haut, apparaît le nom de l’une de ces synagogues, Nefuzot Yehudah, fondée en 1799. (red)

En ligne depuis: 13.10.2016

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K29
Parchemin · 1 f. · 80.8 x 54.3 cm · Ancone · 1789
Ketubah (כתובה), Ancone, 14 Tishri 5550 (4 octobre 1789)

Ce contrat de mariage fut rédigé à la demande de la ville portuaire d'Ancone sur l'Adriatique, où résidait l'une des plus importantes communautés juives d'Italie et qui était aussi l'un des centres les plus renommés de production de ketubbot. La scène principale, en haut au centre, représente le prophète Elie qui monte au ciel sur un char de feu, tandis que son élève émerveillé Elisée le regarde d'en bas. La scène joue sur le premier prénom de l'époux, Elischa. Les deux autres épisodes bibliques sont insérés dans des cartouches sur les côtés. A droite, la scène du triomphe de Mardochée, qui rappelle le second prénom de l'époux, et à gauche, la scène avec David qui tient tête à Goliath, en référence au prénom du père de l'épouse, David Camerino. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K37
Parchemin · 1 f. · 40.3 x 33.3 cm · Amsterdam · 1668
Ketubah (כתובה), Amsterdam, 2 Nisan 5428 (14 mars 1668)

Sous l'influence des artistes italiens de ketubah, l'habitude de décorer les contrats de mariage a repris vie au début du XVIIème siècle à Amsterdam. A la fin des années 1640, le graveur juif bien connu Shalom Italia a créé un cadre en cuivre pour les ketubot de la communauté hispano-portugaise, qui a inspiré par la suite un artiste local anonyme dans la création d’une nouvelle version modifiée de cette bordure, présente dans cette ketubah de 1668 de la collection Braginsky. Ce cadre décora les ketubot sépharades produites à Hambourg, Bayonne, Londres, New York et Curaçao, pendant plus de deux cents ans. Le texte calligraphique commémore le mariage de Daniel Tzemah Aboab, un médecin sépharade connu. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K40
Parchemin · 1 f. · 69.2 x 46 cm · Ancone · 1795
Ketubah (כתובה), Ancone, 13 Adar 5555 (4 mars 1795)

Cette ketubah décorée, comme la K29 de la collection Braginsky produite six ans auparavant, représente l’apogée de l’illustration de ketubah à Ancone. Le texte de cette ketubah est placé au centre sous un arc supporté par deux colonnes ornées. Tandis que dans les plus anciens exemplaires connus de ketubot provenant de Genizah en Egypte, il était habituel d’utiliser des arcs comme éléments du cadre, les lettres dorées inscrites ici dans les tympans bleus ajoutent une autre signification. Les six lettres hébraïques, un acronyme du psaume 118, 20: « Voici la porte de l'Eternel: C'est par elle qu'entrent les justes. », signifie symboliquement que les époux entrent dans une nouvelle étape sacrée de leur vie, en passant sous la porte céleste. Une représentation du sacrifice d’Isaac, faisant allusion au deuxième prénom, Isaac, du marié, s’insère dans un cartouche, en haut au centre. Cette scène, symbole de la fidélité et de la promesse messianique qui apparaît dans plusieurs ketubot italiennes, a été l’histoire biblique la plus populaire dans l’art juif au cours du temps. La figure féminine placée à côté n’a pas encore été identifiée. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K41
Parchemin · 1 f. · 74 x 45.8 cm · Rome · 1798
Ketubah (כתובה), Rome, 22 Sivan 5558 (6 juin 1798)

L’ornementation de cette ketubah, qui commémore un mariage entre deux importantes familles du ghetto romain, les Toscano et les Di Segni, reflète l’âge d’or de la décoration des ketubbot à Rome. La corniche décorative est divisée en deux cadres, l’un intérieur et l’autre extérieur. Les marges latérales du texte sont ornées de fleurs peintes sur un fond doré. Dans la corniche extérieure, des inscriptions micrographiques entrelacées forment des surfaces en forme de diamant, chacune contenant une grande fleur. Les dessins à l’intérieur et à l’extérieur des cadres sont entourés de minuscules lettres hébraïques carrées, qui toutes ensemble reproduisent le quatrième chapitre du livre de Ruth. (red)

En ligne depuis: 22.03.2017

Preview Page
Zürich, Braginsky Collection, K44
Parchemin · 1 f. · 84 x 46.8 cm · Rome · 17 août 1763
Ketubah (כתובה), Rome, 8 Elul 5523 (17 août 1763)

Les ketubot (sing. ketubah) romaines, contrats de mariage juifs, se distinguent en général par leur écriture élégante, leurs dessins décoratifs et leur présentation attrayante. Les thèmes décoratifs les plus populaires incluent des épisodes bibliques, des représentations allégoriques et des dessins raffinés micrographiques. Le texte du contrat de cette ketubah de la collection Braginsky est entouré d’un cadre architectural qui comprend des colonnes de marbre où s’enroulent des feuilles dorées et surmontées de chapiteaux corinthiens. Au-dessus de l’arc, soutenu par les colonnes, prend place un large cartouche, où est figuré un paysage pastoral avec un homme revêtu d’une longue robe et une femme aux seins nus, réunis par une longue chaîne de perles avec un pendentif en forme de coeur, attachée à leur cou. L’allusion à l’harmonie entre les familles est renforcée par les emblèmes des deux familles apparaissant dans des cartouches de part et d’autre au-desus de l’image allégorique centrale. L'emblème à droite représente un lion dressé en train de grimper sur un palmier; il s’agit de celui de la famille de l’époux, les Caiatte. A gauche, l’emblème représente un lion dressé à côté d’une colonne blanche et appartient à la famille de l’épouse, les De Castro. Finalement, l’influence de la culture itlalienne se manifeste de façon évidente dans le cartouche en bas où est peint Cupidon étendu, avec à ses côtés son arc et ses flèches. (red)

En ligne depuis: 13.10.2016

Documents: 80, affichés: 41 - 60